Accueil  >   C'est décidé, je suis visible sur le Web !  >   Témoignages : ils sont visibles sur le Web  >   L'avis des recruteurs  > "C'est au candidat de maîtriser l'image qu'il souhaite véhiculer sur Internet", Claire Romanet

Recevez les offres d'emploi qui vous correspondent par mail !

Créez une alerte e-mail

15 000 recruteurs attendent de consulter votre CV

Déposez votre CV

"C'est au candidat de maîtriser l'image qu'il souhaite véhiculer sur Internet", Claire Romanet

Fondatrice du cabinet de chasseur de tête Elaee, Claire Romanet n'approche pas un candidat sans avoir consulté au préalable sa e-réputation. Blogs, réseaux sociaux, agrégateurs de contenu : tous les outils du web 2.0 sont ses alliés dans sa démarche de recrutement.

Claire Romanet
Claire Romanet
Lorsqu'un candidat vous intéresse, vous renseignez-vous sur sa e-réputation ?

Oui, systématiquement ! Car être visible sur le web est un atout dans la mesure où le cabinet Elaee est spécialisé dans les métiers de la communication et d'Internet. La première chose que je fais lorsqu'un profil m'intéresse, c'est d'entrer son nom et son prénom dans Google. La plupart du temps, j'accède aux éventuels profils Linkedin, Viadeo et Facebook. Je vérifie, par exemple, sur quels forums ou hubs le candidat est inscrit pour mieux connaître ses centres d'intérêt. Sur Facebook, je regarde, lorsque son profil n'est pas bloqué, s'il ne diffuse pas de propos injurieux. J'utilise également des agrégateurs de contenu en ligne tels que 123people.com ou cvgadget.com. Ces sites recensent tous les articles, commentaires, images ou même PowerPoint que le candidat a mis en ligne.

Dans quel but utilisez-vous ces outils ?

Selon l'APEC, environ 70 % des CV sont faux. J'utilise donc ces outils pour vérifier la véracité des informations qu'un candidat indique sur son CV : les dates des postes occupés, les diplômes obtenus, les expertises, le niveau de langue ou encore les connaissances techniques. Un jour, j'ai trouvé 4 versions différentes d'un même CV. De quoi éveiller ma curiosité... Avant l'apparition de ces sites, je passais énormément de coups de téléphone et j'étais obligée de consulter les annuaires des diplômés des grandes écoles afin de recouper des informations. Les outils du web ont véritablement changé le métier de recruteur.

Cela peut-il porter préjudice au candidat ?

La majorité du temps, ça joue plutôt en sa faveur. Lorsque je recrute des profils spécialisés en web, je vérifie s'ils sont capables de prendre la parole de manière intelligente sur la Toile en lisant leurs commentaires ou leurs blogs. Parfois, cela peut en revanche leur jouer des tours. Je me souviens par exemple de cette jeune femme qui postulait à un poste de contenu web éditorial. Sur son CV, elle indiquait le nom de son blog. Or on pouvait y lire des choses très personnelles : elle parlait à ses lecteurs de façon familière, n'hésitait pas à se traiter de « feignasse » en rigolant ! J'ai quand même présenté son dossier de candidature à l'agence pour laquelle nous recrutions. Mais le dirigeant a été effrayé en pensant à ses propres clients qui pouvaient, à leur tour, lire ces commentaires. Même si elle avait toutes les compétences requises, il n'a pas donné suite à sa candidature. J'en ai depuis discuté avec la jeune femme : elle n'avait pas mesuré la portée de ses propos...

Prenez-vous en compte ce qui relève de la sphère privée ?

Non, mon travail n'est pas de juger mais de comprendre. Les candidats savent que leurs informations sont accessibles à tous et que les recruteurs utilisent désormais les outils du web. C'est donc à eux de maîtriser l'image qu'il souhaite véhiculer et de se méfier du contenu qu'ils diffusent, ou que les autres se chargent de faire pour eux. Le mieux, c'est de permettre aux recruteurs d'accéder à des prises de parole circonstanciées et professionnelles, mettant en valeur son savoir-faire ou son savoir-penser.

 

Aurélie Tachot © Cadremploi - Septembre 2010

 


Vos réactions, vos témoignages : jesuisvisiblesurleweb@cadremploi.fr